top of page
  • Photo du rédacteurJo Bino

Bohol, des plans voyage extra (et pas) ordinaires

Dernière mise à jour : il y a 7 jours


Un tarsier des Philippines accroché sur une branche à Corella sur l'île de Bohol

Au sud de Cebu, l’île de Bohol (d’une superficie de 4 200 km² quand même) sonne comme une formule magique (à prononcer « Bo-hol »), et son charme opère en moins de temps qu’il n’en faut pour l’articuler. Nid de tarsiers, plateau de Chocolate Hills, traversée par une jungle et des rizières, incroyable brassage architectural entre vestiges coloniaux, églises baroques et curiosités pittoresques… De Panglao, l'épicentre du tourisme, où l’on voit s’agglutiner sur son sable les touristes, lunettes de soleil et smartphone en main, jusqu’aux plages discrètes et bien roulées d’Anda, prisées pour leur cadre sauvage, la région est l’un des hot spots de l’archipel en ce moment. La preuve avec ce dossier.


 Ce que vous allez y trouver ?

 






 Les dernières infos et conseils pour voyager à Bohol



Que faire à Panglao ? Tour d'horizon !


Alona, la plage a un goût de bout du monde un peu particulier


Bon, c’est vrai, il y a quelque chose de charmant à marcher sur le sable chaud, à observer les cocotiers depuis une terrasse, à admirer la mer avec un point de vue unique. Sauf que, dans la réalité, Alona n’a plus rien de romantique. La mer s’est muée en garage à bancas, le sable blanc en promenade des Coréens, et les barbaques de fruits de mer sont devenues des usines lucratives, remplies de serveurs qui courent et de touristes en sandalettes. Au bout de dix minutes, vous aurez envie de jeter ce cracheur de feu qui s’époumone avec son liquide inflammable, et ce sera le début des emmerdes.


Cracheurs de feu sur la plage d'Alona, Bohol.

⎚ Reconnaissons-le, il faut avoir un petit penchant exhibitionniste pour faire bronzette en maillot sur la bande de sable d'Alona fréquentée par une foule de touristes curieux. En revanche, pour siroter un cocktail, l'ambiance "vacances à la mer" est festive.


Vous recherchez la bande de sable parfaite pour vous dorer au soleil ? Dumaluan Beach !


Aux Philippines, les plages des stations balnéaires ne sont accessibles aux non-résidents de l’hôtel qu’en s’acquittant d’un droit d’entrée, tandis que celles qui sont gratuites pour tous sont rares. Forcément, maintenant la question vous taraude : quel est ce fameux hôtel où l’on peut se poser tranquillou, un tube de crème solaire indice 50 à la main, allongé sur un croissant de sable blanc d’une beauté inégalée face à une mer translucide, et ce, gratuitement à Panglao ? Allez, voici l’Oceanica Resort Panglao, c’est cadeau, merci (pour remercier l’hôtel, une consommation est la bienvenue) ! Regarder le prix de l'hébergement.


À noter que l'ambiance sable blanc très doux sur un fond plus indigène s'étend aux delà des lisérés de l'Oceanica, jusqu'à Dumaluan Beach et même au-delà.


Pour ce séjour à deux pas de la Dumaluan Beach (Liba-Ong White Beach), j’ai opté pour l’Ananda Resort, histoire de faire un plongeon dans sa piscine et surtout d’en ressortir avec le porte-monnaie à peine plus léger. Combien ? Petit déj. inclus à partir de 1'700 ₱ la nuit (site et réservation, ici).


Un jeune philippins joue au basket sur la plage de Dumaluan de l' Oceanica Resort Panglao

⎚ Oceanica, déployé le long de la superbe Dumaluan Beach, avec transats, panier de basket, sports nautiques et d'autres activités.


Napaling snorkeling Point & le tombant de Doljo, des sardines et du corail on fire !


Pour seulement 100 ₱ de droit d’entrée et 100 ₱ pour le guide, désormais obligatoire, Napaling Point est le spot de snorkeling incontournable qui squatte le Cliff Dive du barangay Tangnan. C’est le rendez-vous PMT (palmes, masque, tuba) à ne pas manquer, sans passer par la case tour en bateau, avec son spectaculaire Sardine Run (des milliers de petites sardines synchronisées juste sous la surface). Situé à une distance de 5 à 40 mètres des falaises, un mur de récif plonge abruptement dans les profondeurs. Le spot est un festival de coraux mous multicolores, d’éponges et de lys de mer.


Pour poursuivre les festivités avec son masque, celui avec le tuba bien sûr, rendez-vous à Doljo Beach, à la hauteur du complexe Modala, un multiédifice hôtel-bar-restaurant. Si la structure est très sympa donnant sur une plage coiffée au peigne, je vous conseille de peaufiner votre brasse en mer. Sous la surface, à 100 mètres du rivage en direction de la pointe de l’île de Panglao, on découvre le magnifique Doljo Housereef qui promet d’être le paradis des snorkeleurs !


La pointe de Doljo a les plus beaux couchers de soleil de Panglao


Face à l’Ouest et cernée par la mer, c’est peut-être à la pointe de Doljo que vous assisterez au plus beau coucher de soleil de votre vie. Pour en profiter, cap sur North Zen Villa, où se côtoient locaux et bécasseaux, et d’où l’on peut contempler la mangrove flottant sur les eaux. Astuce Pro : Klook propose un Day Use Pass à 380 ₱ qui inclut l’entrée, 380 ₱ de crédit de consommation, l’accès au Bamboo Walk et à la piscine


Et si l’envie de vous prélasser sur place vous prend, l’Ananyana Beach Resort est ancré sur le rivage de Doljo. Cet hôtel aspire à démocratiser le luxe rustique, souvent méconnu des grands voyageurs. Combien ? À partir de 4'000 ₱ la nuit (site et réservation, ici).


En quête des lieux instagrammables où bien manger


Pour ceux qu'une longue file d'attente ne fait pas peur, le Mist et le Mosa, issus du même serial restaurateur, risquent bien d’éblouir les rétines de vos followers. Deux endroits où le plafond et les murs comptent autant que l’assiette. Ce sont ces genres de lieux qu’on aime détester : trop déco, trop paillettes, trop bondés. Mais je dois vous l’avouer, Mosa, comme son grand frère Mist, j’ai adoré…


Participez à un ramassage de déchets sur les bords de mer


La planète est en train de cramer par tous ses bouts, et des personnes douées de raison ont l’ingénieuse idée de balancer leurs cochonneries partout, sauf dans les poubelles (bien entendu). Face à ça, Mad Monkey Panglao a décidé de jouer la bonne fée en tentant d’en ramasser le plus possible et a mis les pleins phares sur l’initiative Beach Clean Up. Rien de compliqué : tous les mardis à partir de 17h, guidé par les membres du lodge, vous arpenterez les berges à la recherche de tout déchet clairement pas à sa place. Le résultat de la pêche ? Vous allez pouvoir racheter des points de karma et l’apéro qui suivra sera offert. Dans la discrète zone de Danao Beach, difficile de trouver un lodge aussi sympa dans le quartier ! Dans ce backpackers, on se presse pour ses chambres et dortoirs, sa piscine de folie, son bar/resto à prix mini et ambiance maxi. Tarifs variant suivant la formule (dortoir, chambre, ou bungalow)


Excursion vers l'île de Balicasag : osez le détartrage


Cette petite île, objectivement très mignonne avec ses fabuleux fonds, a fini par devenir sa propre caricature de film de la ruée vers la mer. Résultat, un bon paquet de touristes, majoritairement asiatiques, s’y ruent régulièrement en pensant retrouver l’ambiance du Grand Bleu qu’ils ont vu à la télé sur Octaunautes TV. Parce que parfois, on n’a pas envie de traverser le détroit de Bohol pour jouer des coudes sur un (magnifique) récif bondé. Certains voyageurs bien avisés ont compris qu’une alternative idéale pour séduire les aficionados du tuba et se régaler avec ses splendides plages existait : l’île de Pamilacan (Pamilacan Island en détail, les infos se trouvent dans le paragraphe juste en dessous) !




La boucle des Chocolate Hills, du grand classique au classique un peu moins classique


Panglao, le kilomètre zéro. Il est 8h, il fait beau, on a prévu de se faire une grande balade qui nous mènera de Tagbilaran aux Chocolate Hills de Carmen, via la petite ceinture des incontournables de l’île.


Débusquer un Gremlins vivant


À quelques km de l’ICM (Island City Mall) et du terminal de Dao, Corella s’ouvre comme la porte d’entrée du Bohol verdoyant. C’est ici, au Philippine Tarsier Sanctuary ( ATTENTION : à ne pas confondre avec le Bohol Tarsier Conservation Area à Bilar, sa copie zoo industriel), que les minuscules tarsiers, doux comme des peluches, ont élu domicile, accrochés tranquillos sur leur branche.


Quand ? De 8h30 à 15h30.

Combien ? Entrée 150 ₱.


Le maître des lieux, c’est Carlito Pizarras, plus connu sous le nom de “Tarsier Man”, figure incontournable du milieu. Il est l’un des hommes qui s’efforcent d’améliorer le bien-être des primates. Il n’est pas exagéré de dire que l’intérêt qu’il porte à ces animaux est l’obsession de toute une vie. Il m’a raconté qu’à l’âge de 12 ans, il a commencé à garder des tarsiers comme animaux de compagnie, mais qu’il s’est rapidement passionné pour leur conservation. Pendant de nombreuses années, il a consacré sa vie à l’étude de leur régime alimentaire, des habitudes de chasse et de l’élevage des tarsiers, devenant ainsi un expert renommé. Son travail a été reconnu par la communauté scientifique en 2010 lorsque le tarsier des Philippines a été officiellement regroupé sous le genre “Carlito”

Boucle des Chocolate Hills, rendez-vous en adresses (trop) connues


Après avoir bravé le vertige du côté de la Tyrolienne du Loboc Ecotourism Adventure Park, passé par la forêt d’acajou de la Bilar Man-Made Forest, on atteint enfin, à 70 km du point zéro, ces charmantes petites 1’200 Chocolate Hills posées sous les nuages de Carmen. D’emblée, on voit s’agglutiner des minivans chargés de touristes, appareil photo scotché aux mains, près du Chocolate Hills Viewpoint, duquel on peut voir que la structure surplombe les collines qui s’étendent sur une superficie de 50 kilomètres carrés et que leur taille varie de 30 à 120 mètres de hauteur. Pause cliché et semi-palpitation de joie face à l'horizon. On apprend aussi que les rayonnantes collines de sédiments sont couvertes d’herbe et paraissent d’un vert éclatant pendant la saison des pluies. Cependant, elles deviennent brunes à la fin de la saison sèche, d’où leur nom.


L'alternative qui ne se rate pas : Gravir la Mother's Chocolate Hills


Les Chocolate Hills vu d'en haut de la colline connue localement sous le nom Mother's Hill à Carmen, Bohol

Pour ceux qui n'ont pas pu gravir une colline confidentielle, s'embarquer sur le tracé suspendu d'un lieu tenu (de moins en moins) secret, poser le regard sur le point de vue rare qu'est Mother's Hill. Le voilà ! Un bon plan vertigineux qui ne se rate pas !


Ami routard (et les autres), Ouiphilippines est formel : un autre monde existe. On poursuit donc notre chemin vers une colline secrète (connue localement sous le nom de Mother’s Hill) qui se cache sur la route du Barangay Buenos Aires (le tracé est à retrouver en bleu sur la Oui Map). L’objectif ? Être à quelque 80 mètres du sol, au sommet d’un monticule pour prendre une claque avec ces cônes de chocolat polis par la mer, en initiant un petit crochet où le fameux Bohol majestueux aura enfin l’occasion de s’exprimer sans être l’objet de stéréotypes. C’est léger comme indication, mais Ouiphilippines ne va pas vous mâcher tout le travail non plus. Si vous vous perdez, n’hésitez pas à demander votre chemin aux gamins du hameau. Vous voilà désormais trekkeur(se) officiel(le) du club des collines planquées, prêt(e) à en mettre plein la vue à vos potes restés assoupis sur la plage d’Alona.


Une dernière info pour ceux qui sont du genre du genre Yolo, l'Hammock Hostel (dortoirs à 500 ₱) installé près des collines à Batuan organise une grande chocolate-sunrise-rando qui démarre brutalement à 4h30 du mat.

 

Balade à la sculpturale gorge de Loboc, où vous ne croiserez pas de voitures, mais, une centaine de marches qui monte raide


Midi passé, l’estomac commence à se faire entendre. C’est le bon moment pour emprunter la piste de la "promenade dans la gorge des Nuts Huts" (tracé en bleu sur la Oui Map). Loboc rivière a ses balades en bateaux, elle a aussi ses escaliers qui monte raide jusqu'au resto des Nuts Huts. Nichée en pleine jungle sur les berges du fleuve, la zone regorge de points de vue ultimes surplombant le fleuve, c’est aussi l’occasion d’essayer de la cuisine des quatre coins du monde dans cet établissement branché routards. Un Pad Thai plus tard, on va se chercher un hamac (6 à disposition) tranquille pour digérer tout ça.


Qui dit Loboc River Resort dit bord de l'eau et verdure


Le Nuts Huts nous séduit jusqu'au bout des baguettes, mais pas le temps de planter sa tente, on reprend nos bécanes (taxi, Van avec chauffeur ou un Southern Star Bus Transit).


Cinq kilomètres plus loin, on passe à côté de l’église The San Pedro Apostol Parish Church (Loboc Church pour les intimes) dont sa page Facebook vante les charmes de sa structure tout en pierre de corail et classée monument historique national. On claque ensuite la bise aux 14 hectares de cocotiers et de mangrove du Loboc River Resort. Le lieu sert aujourd’hui de base d’exploration pour voyageurs et propose son Venia’s Kitchen Restaurant où le végan se porte aussi bien (le resto est ouvert à tous, pas besoin d’être résident de l’hôtel pour en prendre plein les mirettes). Il organise également des excursions en Stand Up Paddle sur la rivière et des parties de pêche. Combien ? À partir de 2'000 ₱ la nuit (site et réservation, ici).


Que d'aventures sur les berges de cette rivière ! Ce n'est pas pour rien qu'en face de ce complexe touristique, on en trouve le Fox & The Firefly Cottages qui fleure bon le palmier, ce mini-resort que l'on croirait tout droit sortie d'un village du livre de la jungle, ce jardin qui déborde de palmiers sauvages, ce parfum de frangipanier, ce murmure de l'eau de la piscine... Pas la peine de vous pincer, vous ne rêvez pas, vous êtes toujours à Bohol. Combien ? Cottages à partir de 2'200 ₱.


Idées pour prolonger l'aventure


Après avoir goûté aux Chocolate Hills, tapé de l’escalier à la rivière Loboc et enfilé votre tee-shirt Tarsier préféré, vous voilà face au dilemme : l’heure du trajet retour arrive, et avec lui le flot continu de touristes coréens, le vent froid des buffets de l’Henann Resort d’Alona et les voyages en éco au MacDo. Et puisqu’on n’a pas vraiment envie de céder, j’ai concocté pour vous un joli post qui met l’extension de l’aventure en fusion. Anda : le road trip pour découvrir l'autre Bohol



Envie de jouer les Robinson ? À 1h de Tagbilaran, découvrez 2 cool îles


Sauver Cabilao Island


Un pêcheur sur une plage de l'île de Cabilao à Bohol

Que vous soyez plongeur bouteille, snorkeleur ou simple baroudeur, prenez la direction de Cabilao, tout pour vous mettre à l'ombre de cocotiers. 


Touchée par le typhon Rai/Odette, l'île de Cabilao se remet peu à peu. La vibe des coraux durs, un peu secouée, révèle que certains centres de plongée ont dû dire adieu. Heureusement la lucidité l'emportera et Polaris Dive and Beach Resort fait de la résistance, innovant avec de nouveaux spots pour compenser les absents temporaires.


Les abysses restent ouverts aux explorateurs, même si le Voice du scaphandre balance que les eaux peu profondes ont subi quelques dommages. Ce détail pour féru de plongée n'enlève rien à la superbe de l'île qui se dévoile, plus authentique que jamais, un flashback des trips d’avant l’ère des Airbus A380.


Un week-end à Cabilao ? C’est une vision différente, un bleu turquoise sans filtre, sans voiture, juste vous et l'île, à une heure de bus de Tagbilaran. Voilà ce qu'offre Cabilao aujourd'hui, un spot pour ceux qui cherchent un Bohol chill, loin du brouhaha.


Pamilacan ! Une île pour requinquer vos robinsonnades délaissées


Un homme observe l'île de Pamilacan depuis le bateau qui navigue sur la mer de Bohol

Tous les touristes l’avouent : les incontournables de Bohol c’est bien, mais… Et souvent, ce qui suit, c’est l’envie d’aller prendre l’air pur de la "province", de partir à l’aventure pour fuir un temps ce qu’on apprécie le moins à Panglao. Voici donc un petit tour en mer de Bohol sur une île peuplée de 2’000 âmes, à un jet de pierre, 12 km au sud de Baclayon. Pour y accoster, deux solutions : soit appâté par les rabatteurs de tours qui cavalent sur la plage d'Alona vous embarquez pour un Island Hopping clef en main, soit vous cherchez à grimper dans une Banca en compagnie de locaux depuis le quai face à l’église de Baclayon.


Au port de Baclayon, la règle est simple et le verdict sans appel : premier arrivé, premier servi. Le rendez-vous est donné tous les jours à 6h tapantes (petite info, le mercredi, c’est jour de marché, donc les départs sont flex toute la journée), avec un tarif de 70 à 100 ₱ suivant la taille de l'embarcation, ce qui vous laisse de bonnes chances de gratter un trajet quasi donné. Les Bancas, amarrées seulement le matin, proposent aussi des “Spécial Trip” privés Baclayon-Pamilacan-Baclayon pour 3’500 ₱.


Outre l'observation des baleines et des dauphins, Pamilacan offre surtout un refuge pour les routards en quête de chill, avec ses plages de sable blanc, ses spots de plongée et de snorkeling tels que Dakit-Dakit, Spanish Tower ou Cervera Shoal (Snake Island), un plateau englouti d'environ 18 mètres de profondeur. Tout ça dans une ambiance sagement tropicale déco, aux tons turquoise et lumineux. L'île encore traditionnelle offre peu de choix d'hébergement aux touristes à part quelques chambres chez l'habitant. Heureusement, il y a Shirley, celle qui vous attend avec impatience et dont on se souvient longtemps après... Shirley's Cottage


Participez à une jolie chasse aux cascades


Et pour participer, inutile d'avoir fait son master en géographie Visayas, il suffit de ma carte Google et de votre maillot de bain. 


Voici venu l'obligé passage par la Oui Map de ce guide. Que voulez-vous, en débarquant sur une île de 4'117 km², difficile d'y couper ! Partir sur les traces des Water Falls, l'itinéraire vous mènera du côté d'Antiquera. Au programme ?  De passage sur le piédestal qu'est Camugao Falls, plongez dans son bassin naturel, longez la falaise sur 200 mètres et laissez-vous éblouir par un panorama à couper le souffle. Puis, cap sur Mag-Aso Falls, à seulement 20 minutes en scooter, où un bassin bleu-vert vous attend pour une baignade rafraîchissante. Ici (et pas que), l’accès aux plaisirs aquatiques coûte 60 ₱, mais c’est le prix à payer pour épater la galerie en sautant des rochers.


Un homme grimpe sur un cocotier à Camugao Falls Bohol pour ramasser des noix de coco

La chasse aux cascades, l'occasion de laisser traîner sa curiosité et oser pousser les fougères. Camugao Falls est connue pour chute d'eau, mais elle cache nombre de petites surprises.


Dans le sud de Bohol, Dimiao est un secret bien gardé. C’est là que se trouve Dimiao Twin Falls, aussi connue sous le nom de Pahangog Falls. Après une petite grimpette de 10 minutes, une double cascade de 30m trop cool, avec orchidées sauvages et passerelle en bambous qui envoie un max sur Insta. Planqué dans la région se trouve aussi Ingkumhan Falls, une cascade sexy qui fait de l’œil à la fois aux férus de spots cachés et aux adeptes de sauts vertigineux depuis les falaises.


Et pour une touche finale à votre aventure, un détour par Candijay s’impose pour explorer Can-umantad Falls. Traverser l'île de Bohol en largeur pour atteindre ce petit recoin est déjà une expérience en soi, mais ce n’est rien comparé à la découverte de cette région piquée de rizières en terrasses. Voilà pour le tour des propriétaires.


Comment se rendre à Bohol dans les Visayas ?


Bohol par la mer depuis Camiguin, Cebu, Dumaguete, Siquijor ou Leyte


Bohol est une destination facilement accessible par la mer depuis Camiguin, Cebu, Dumaguete, Siquijor ou Leyte. Avec plusieurs ports répartis sur l’île, vous trouverez une multitude de ferrys prêts à vous accueillir. Par exemple, le port principal de Tagbilaran propose plus de vingt rotations quotidiennes depuis Cebu City.


Pour l’achat des billets de ferry, plusieurs possibilités : directement au port, ou sur le Net. Si vous optez pour la réservation en ligne, je vous conseille le widget powered par 12Go.Asia ci-dessous qui permet de réserver sur un seul site les ferrys des compagnies Apekotravel (Oslob, Siquijor), Lite Shipping (Cebu, Siquijor), OceanJet (Cebu, Siquijor, Dumaguete), SuperCat (Cebu, Siquijor), Super Shuttle Ferry (Camiguin) ou 2GO (Manille). Facile à utiliser, il suffit de sélectionner les destinations puis de choisir le trajet que vous souhaitez.




Quelles sont les lignes aériennes qui desservent Bohol ?


L’aéroport de Bohol–Panglao International Airport (IATA: TAG), est le premier aéroport de Bohol. Il desservit par une 15-aine de vols quotidiens au départ de Manille et un vol depuis Davao City. Bohol est d'ailleurs un tel succès que Jeju Air, Air Busan et Philippine Airlines ont décidé cette année d'organiser trois vols internationaux quotidiens entre Séoul et Panglao. L'aéroport est situé sur l'île de Panglao à deux pas d'Alona Beach et à 15 km du centre-ville de Tagbilaran, duquel il est parfaitement connecté par 2 ponts.


Si vous arrivez à l'aéroport de Panglao, et que vous devez vous rendre à Tagbilaran, sachez qu'il existe désormais un bus qui dessert le centre-ville pour 70 ₱ ! Compter environ 500 ₱ pour ce transfert en Tricycle ou Taxi.


Transports et déplacements Bohol


Pour le déplacement, il est possible d’opter pour la location de scooter (400 ₱/jour) . Ce moyen de transport est très pratique pour visiter chaque cocotier. Si la moto constitue le meilleur compromis prix-indépendance, il faut savoir qu'aux Philippines les loueurs ne proposent quasi jamais d’assurance… 


Sinon, on peut alterner Vans partagés, Jeepneys et Bus qui se rendent grosso modo partout, en bonus leurs tarifs vous permettent de faire des économies. Vous pouvez aussi vous déplacer en taxi, voiture de location avec ou sans chauffeur et en tricycles (un triporteur aménagé à partir d'une moto) durant votre séjour à Bohol.


Southern Star Bus Transit Bohol : Routes, destinations et horaires


Au départ du Dao Integrated Bus Terminal à Tagbilaran

Infographie des liaisons par bus de la compagnie Southern Star Bus Transit à Bohol

Bons plans sur le web, c’est par ici !


Bonne nouvelle : pas besoin de voyager comme Mike Horn pour visiter Bohol, une réservation sur l’appli suffit ! C’est facile, bien fichu, pour tous les publics, GetYourGuide prévoit tout même le trajet retour !



Les meilleurs hôtels à Bohol, tous genres confondus


Pour ne pas vous y perdre parmi les quelques 600 hôtels de Bohol, c’est très simple, allez faire un tour sur la plateforme de réservations faîtes une sélection de ce qui vous intéresse puis comparer. Elle se montrera votre meilleur allié dans votre recherche, vous pouvez d’ailleurs lire les commentaires des précédents clients et jauger la qualité des prestations fournies en fonction des évaluations des internautes.



✎ Ce récit à Bohol et Panglao vous a plu ? Vous avez une expérience à raconter ou un bon palan à partager ? Écrivez-moi ! 😉


1 082 vues

Posts similaires

Voir tout

Comentarios


bottom of page